L'utopie, une œuvre humaniste

<p>Portrait de Thomas More</p>

Portrait de Thomas More d'après Hans Holbein

Un livre à succès

L'Utopie est un récit en deux livres publié en latin par Thomas More en 1516 chez l’imprimeur-libraire Thierry Martens de Louvain en Flandres, puis en 1518 à Paris et dans plusieurs autres pays européens sous le titre De optimo rei publicae statu, deque nova insula Utopia (De l'île d'Utopie ou traité sur la meilleure forme de gouvernement). Très rapidement l'ouvrage, proposant un regard critique et documenté sur les sociétés européennes, connaît un grand succès éditorial. Le projet est en effet l’œuvre d'un homme de loi et de gouvernement : Thomas More, après des études de droit, devient avocat et sous-shérif de la ville de Londres, tout en étant membre de la Chambre des Communes. Le jeune Henry VIII l'appelle à son service en 1509 et en fait rapidement un homme de confiance. Cette connaissance précise de la politique, de la diplomatie mais également de l'économie et des questions relatives à l'organisation sociale du royaume d'Angleterre donne aux critiques de More vis-à-vis des gouvernants une acuité sévère.


Notice: Trying to get property of non-object in /var/www/omeka_utopie/plugins/ExhibitBuilder/views/helpers/ExhibitAttachment.php on line 25
<p>Une imprimerie au XVI<sup>e</sup> siècle</p>

Une imprimerie au XVIe siècle

Une œuvre de son époque

L'Utopie n'est pas seulement un pamphlet dressant le constat d'un royaume d'Angleterre rongé par l'orgueil des puissants et la misère du peuple, c'est avant tout un traité humaniste qui rend compte de la recherche de « la meilleure forme de gouvernement ». Les sources de L'Utopie sont très diverses et caractéristiques de la culture d'un humaniste du début du XVIe siècle : La République de Platon, L'Histoire Naturelle de Pline, La Politique d'Aristote, les œuvres d'Aristophane, de Lucien de Samosate, d'Épicure inspirent l'écriture et la pensée de More ; mais il puise également dans ses lectures de l'Ancien et du Nouveau Testament, comme dans les écrits des Pères de l'Eglise, tel saint Augustin et son De Civitate Dei. Il ne limite pas ses recherches aux écrits des Anciens mais confronte la culture européenne aux nouvelles découvertes de son époque : le personnage principal de son récit, Raphaël Hythlodée, dit avoir découvert l'île d'Utopie en participant à l'un des voyages d'Amerigo Vespucci, dont More est un lecteur ; la technologie de l'imprimerie est longuement développée et sa capacité à propager le savoir présentée à la fin du Livre II.

<p>Portraits d'Érasme, de Thomas More et d'Hans Holbein</p>

Portraits d'Érasme, de Thomas More et d'Hans Holbein

Le réseau des humanistes au travail

Thomas More participe de cette société des intellectuels humanistes européens qui échangent entre eux leurs réflexions et leurs découvertes. Le jeune avocat anglais est un admirateur de Pic de la Mirandole et un ami de Marcil Ficin, de Guillaume Budé mais surtout d'Érasme : L'Utopie est conçue comme la deuxième partie de L'Éloge de la Folie. Le théologien hollandais demande à More de faire précéder la description de l'île des utopiens par un Livre premier plus polémique consacré à la description du royaume d'Angleterre.

Benoît Traineau